Bonjour Florian, pouvez-vous nous dire qui vous êtes, vos passions et d’où vous venez?   

Bonjour, je me présente, Florian Henn, jeune Youtuber de 28 ans basé à Metz, en France. Je suis originaire du Luxembourg, je suis arrivé à Metz en 2008 pour y effectuer mes études supérieures.

Je suis passionné d’histoire et d’aventure. Je partage ces passions avec mes deux amis François Calvier et Julien Aubrée sur YouTube. A nous trois, nous animons la chaîne YouTube «Mamytwink» et sommes suivis par près d’un million d’abonnés.

Comment est né Mamytwink? Quand avez-vous décidé de créer la société? Quels étaient vos premiers pas sur internet?

Mamytwink, c’était au départ un blog de jeu vidéo. En 2009, j’ai créé mamytwink.com, pour y partager ma passion pour World of Warcraft, un MMORPG auquel j’ai beaucoup joué dans mon adolescence.

En 2010, je rencontre François Calvier à l’université, et on décide de lancer ensemble une chaîne YouTube. J’y partage ma passion pour World of Warcraft à travers des émissions hebdomadaires dédiées à l’actualité du jeu.

En 2012, je rencontre Julien Aubrée (Zecharia), avec qui je fais évoluer nos sites internet. On crée également des vidéos sur notre chaîne YouTube.

Face au succès grandissant de nos sites et de nos vidéos, François, Julien et moi décidons de créer notre société en janvier 2016.

Cette date correspond également à la transformation de notre chaîne YouTube. On passe du jeu vidéo à l’histoire et l’aventure. A travers les séries «Les explorations nocturnes», puis «Les explorations insolites», on propose des vidéos d’exploration de lieux historiques abandonnés et insolites. Le succès est au rendez-vous et notre chaîne YouTube explose. En deux ans et demi, elle passe de 90 000 à 930 000 abonnés.

D’où vient cette passion pour les jeux vidéo?

Ma passion pour les jeux vidéo me vient de ma plus tendre enfance. Consoles, puis ordinateurs, j’ai grandi entouré par les jeux vidéo.

Guild Wars et World of Warcraft ont marqué ma vie, puisque j’ai passé des milliers d’heures à jouer à ces jeux.

Je suis également un grand passionné d’histoire et de sport. Ces deux autres passions sont le moteur de ma vie et de mes projets.

Comment s’est passée la rencontre avec François et Julien?

J’ai rencontré François sur les bancs de l’université en 2010. On a rapidement commencé à créer des projets ensemble et on ne s’est jamais arrêtés.

J’ai rencontré Julien deux ans plus tard, au cours d’une soirée (un peu trop arrosée d’ailleurs) dans un bar! On était en plein cœur de notre vie étudiante. Les sorties entre amis, les soirées... Et finalement, on a commencé à monter des projets ensemble.

C’est en 2014/2015 que le trio s’est véritablement formé!

Youtuber est un métier de passion et très difficile à en vivre, que pouvez-vous donner comme conseils aux gens qui veulent se lancer?

Effectivement, il faut se lancer sur YouTube par pure passion. C’est la passion qui a animé (et qui anime toujours) nos projets. De 2010 à 2015, je ne me suis jamais dit que j’allais vivre de YouTube. On créait nos vidéos parce que cela nous amusait, cela nous passionnait!

Ce n’est qu'en 2016, quand les choses ont véritablement commencé à fonctionner, que nous nous sommes lancés professionnellement sur YouTube. On a su saisir la bonne opportunité.

Si je devais donner trois conseils pour «réussir sur YouTube»:

  • Le faire par passion;
  • Etre régulier;
  • Ne pas baisser les bras.

928 000 abonnés sur votre chaîne YouTube. Vous vous attentiez à un tel succès?

Pas du tout, c’est incroyable! D’ailleurs, pendant les trois premières années où on publiait des vidéos sur YouTube, on ne suivait même pas notre nombre d’abonnés.

L’ascension a commencé à être fulgurante à partir de 2016. Notre feat avec Squeezie, dans les catacombes de Paris, en février 2017, a propulsé notre chaîne.

Vous avez un réel attrait pour la protection du patrimoine. Un point sur les explorations nocturnes et sur l’urbex en général?

C’est avant tout l’histoire qui me passionne. Je suis un passionné d’histoire depuis mon adolescence! Au lycée, je me rêvais prof d’histoire. Finalement, j’ai fait des études d’informatique.

Lorsque je suis arrivé à Metz, j’ai découvert les nombreux forts de guerre abandonnés qui ceinturent la ville. C’est ainsi que je me suis pris de passion pour les lieux abandonnés.

A force d’explorer les moindres recoins de ces forts (des centaines d’explorations entre 2010 et 2016), je me suis dit que cela pouvait être intéressant de partager cette passion en vidéo par le biais d’explorations nocturnes.

Vous avez sorti un livre sur les explorations nocturnes, d’où vient cette belle idée? Visiblement, vous avez tout fait tout seul: vous et Julien à la rédaction et François aux images.

Julien et moi lisons énormément. En 2016, on a commencé à effleurer l’idée d’écrire un livre. Ce rêve s’est petit à petit concrétisé en 2017. Tout d’abord, l’éditeur Albin Michel nous a approchés pour nous proposer d’écrire un ouvrage sur nos explorations nocturnes. De là, nous avons rencontré d’autres éditeurs et avons décidé de réaliser le livre chez Michel Lafon.

Une de nos exigences était d’écrire le livre nous-mêmes! On s’est donc attelés à la tâche et on a écrit «Les explorations nocturnes» pendant près d’un an. Le tout en continuant à gérer nos sites internet et à tourner une nouvelle vidéo par semaine. C’était éprouvant, mais passionnant!

Le travail de photographie de François a également été très précieux dans la confection de l’ouvrage. A travers le livre, on voulait proposer quelque chose de différent que nos vidéos. C’est pourquoi on est reparti sur pratiquement chaque lieu qu’on avait exploré, pour refaire des photos.

Quels sont vos prochains projets?

Des explorations d’envergure! Tchernobyl ou encore une ville fantôme perdue au pole Nord, de grandes expéditions nous attendent en 2019!

Beaucoup de jeunes ont peur de se lancer et de concrétiser leurs projets et leurs rêves, des conseils et un message positif de fin pour 2019?

Croire en ses rêves, vivre ses passions et surtout ne jamais lâcher! Comme je le dis souvent, c’est «facile» de se lancer dans un projet, mais le plus difficile, c’est de tenir sur la durée!

Plus d'infos

Voici nos liens pour les réseaux sociaux: