C’est de notoriété publique, la circulation en ville de Genève est très compliquée durant les longues heures de pointe. Une partie de cette problématique naissant de la croissance explosive de la ville et de sa proche banlieue, elle ne peut pas être totalement résolue par de nouveaux axes.

Les transports publics genevois ont fait le choix de propulsions écologiques et d’une véritable réflexion durable.

D’autant plus que la plupart des experts s’accordent à dire que l’agrandissement des routes amènera un flux plus important de véhicules et aura pour résultat une stagnation de la problématique de l’engorgement. Ce dernier point s’explique par la motivation des usagers à emprunter les transports publics lorsque prendre sa voiture fait perdre du temps et une énergie conséquente.

Comparativement, emprunter les transports publics devient donc pratique, rapide, flexible et confortable.

Sensibilité durable

Autre argument de taille: la volonté pour une proportion grandissante de la population de prendre soin de l’air et l’environnement de sa ville. Ainsi, les transports publics genevois ont fait le choix de propulsions écologiques et d’une véritable réflexion durable.

La Ville et le Canton sont également allés dans ce sens avec la volonté affichée de réserver des couloirs de circulation exclusivement aux transports publics.

C’est non seulement la promesse de conserver, en tous temps, une certaine rapidité de mobilité dans la ville, mais aussi un argument de plus pour laisser sa voiture au garage. D’ailleurs, les Genevois voteront bientôt, entre autres, sur cette question de la priorisation des bus et des trams.

Question économique

Puisque «le temps c’est de l’argent», particulièrement à l’échelle d’une ville et d’un canton, la question de la mobilité est de haute importance. Posséder un réseau de transports publics efficient, suffisamment confortable pour attirer une large palette d’usagers et qui rende possible l’accès à toutes les zones, en tous temps, est essentiel.

En période de forte croissance, ce sont donc les transports publics qui deviennent garants de cette santé économique, morale et dynamique d’une région.