Conseilles

  • Testez différentes applications ou sites de petites annonces pour repérer celui qui est le plus développé dans sa zone géographique ou pour son type de trajet.
  • Mettez-vous d’accord avant la rencontre sur le prix, l’heure de départ, l’heure d’arrivée et le trajet.
  • Chacun conduit sa voiture pour éviter les problèmes d’assurance ou les franchises plus élevées.
  • Arrivez suffisamment à l’avance au lieu de rendez-vous pour vous assurer de ne pas retarder le passager ou le conducteur. Tous les deux ont un agenda précis à respecter, contrairement au chauffeur de taxi.
  • Faites un petit effort pour lancer une discussion agréable malgré l’humeur de chacun. La part sociale du covoiturage est importante.

A quoi est dû l’intérêt actuel du covoiturage?

Dans le monde entier, le covoiturage connaît une importante croissance en parallèle avec le succès des applications mobiles. Si la presse parle largement de la multinationale américaine qui tente de révolutionner le marché de la mobilité urbaine, le réel covoiturage est aussi en claire hausse. Tout indique que la Suisse s’y met aussi à son rythme, même si son offre de transports publics, ses consommateurs plutôt conservateurs et son fort pouvoir d’achat ne vont pas dans le sens de l’accélération de cette pratique.

En quoi est-il particulièrement dans la tendance?

La Suisse a un défi important à relever concernant la saturation de toutes ses routes. Il est temps de faire un choix de société, soit tenter à tout prix d’investir une grande part de l’argent public dans d’énormes chantiers, soit trouver un moyen de mieux rentabiliser les centaines de milliers de véhicules qui les empruntent quotidiennement. Ensuite, l’économie de partage est en plein boom avec des exemples comme Airbnb. En 2014, le secteur de l’économie collaborative a levé 8 milliards de dollars. En 2015, le chiffre sera sûrement encore plus impressionnant. C’est une excellente nouvelle!

Pourquoi votre application est-elle en train d’être remaniée?

Nous cherchons un modèle plus en phase avec le marché et qui s’éloigne notamment de la version «pop» de «Uber». Il y a également des choix stratégiques à faire afin de mieux encourager les Romands à se mettre au covoiturage. Il s’agit notamment de différencier les petits trajets quotidiens au sein d’une ville et les grands parcours exceptionnels. Le comportement des utilisateurs et leurs besoins ne sont pas les mêmes.

En plus des avantages économiques et écologiques régulièrement cités, le covoiturage a-t-il d’autres avantages?

De nombreux, c’est aussi une pratique sociale et ludique. En encourageant les rencontres et en profitant des nombreuses possibilités qu’offrent les réseaux sociaux, on peut offrir au covoiturage un aspect collectif qui le rendra d’autant plus contagieux. Aux Etats-Unis, il existe des voies plus rapides uniquement réservées aux voitures avec au moins un passager. C’est aussi avec ce genre de privilège que la motivation des automobilistes est clairement augmentée.