Aujourd’hui, de nombreuses familles ne trouvent pas de mode de garde pour leur petit, ou trouvent une solution qui ne leur convient pas entièrement. On estime même qu’une demande sur deux n’a pas de solution répondant aux réels besoins des familles. Les places dans une crèche proche du domicile ne sont que très rarement faciles à trouver et les coûts représentent souvent un frein important.

Les nounous, parfois dans le cadre de travail des associations, sont alors une alternative intéressante mais davantage pour une courte durée et quelques jours dans la semaine. Reste enfin la solution de la jeune fille au pair, davantage réservée aux familles aisées possédant un grand appartement ou une maison. A noter également que certains grands employeurs offrent, souvent sur le lieu même de l’entreprise, des solutions d’accueil et de garde des enfants.

Des frais déductibles des impôts

Attention, contrairement à certaines croyances, l’application de la déduction pour frais de garde n’est pas limitée aux frais occasionnés par l’encadrement des enfants dans une structure publique, mais est également étendue aux modes de garde privés, nounou, jeune fille au pair ou accueillante en milieu familial même si elle n’est pas membre d’une association.

Il existe des limites cantonales et des barèmes mais les économies fiscales ne sont pas anecdotiques et doivent donc être prises en compte dans le calcul du coût de garde de l’enfant.

L’ère de la débrouille

Dans l’attente d’une place en garderie ou simplement parce que le budget ne permet pas d’y avoir recours à chaque fois qu’elle serait nécessaire, il arrive que la famille, les amis ou même les voisins apportent une aide précieuse.

Reste alors le problème de la confiance, pas toujours facile à accorder lorsqu’il s’agit de confier ses enfants en bas âge. Heureusement, pour garder un œil sur son enfant même à distance, les célèbres babyphones ont bénéficié de nombreux progrès technologiques. L’interphone avec caméra infrarouge intégrée, par exemple, appareil qui permet de détecter l’absence de mouvement.

Plus complet encore, une marque américaine a commercialisé un bracelet à mettre autour de la cheville du bébé et qui envoie par SMS diverses informations aux parents telles que «le cœur de votre enfant bat normalement, tout va bien», «votre bébé vient de se réveiller», «votre bébé vient de se rendormir», «votre bébé a trop chaud», «votre bébé a trop froid».