Au supermarché, comparer scrupuleusement les produits montre que «plus cher» ne veut pas forcément dire «meilleur». Ainsi, interroger le lien entre la qualité et le prix en testant soi-même des offres concurrentes ou de nouveaux articles permet, souvent, de substantielles économies.

Bien sûr, la qualité se paie. Mais une approche critique du marketing peut faire économiser de précieux francs.

L’assurance-maladie figure parmi les postes de dépenses grevant de plus en plus le pouvoir d’achat des ménages. Dans ce domaine, les comparatifs de primes abondent. Ce pas franchi, porter la réflexion sur sa consommation est essentielle: estimer son budget santé annuel permet d’abord de calculer la franchise la plus appropriée.

Réfléchir ensuite au montant disponible pour payer ses médicaments, ainsi qu’à la discipline que l’on est prêt à s’imposer pour obtenir des réductions de primes est une autre piste à étudier sérieusement.

Télécoms et transports, même démarche. Adapter son abonnement de téléphone ou de télévision à son utilisation réelle permet, par exemple, d’éviter de coûteuses et inutiles dépenses. Quant aux trajets, les planifier offre l’occasion de bénéficier d’offres spéciales, telles que billets dégriffés ou cartes journalières mises à disposition par les communes. Les économies vont jusqu’à 50% du prix du trajet.

Economiser passe ainsi par une réflexion active et critique de sa manière de consommer. Or, le gaspillage n’est pas qu’une question d’argent qui file de la poche: l’environnement aussi est concerné, et le «consommacteur» responsable a ici les cartes en main pour limiter son impact, tout en soignant son porte-monnaie.

Car faire des économies, c’est aussi consommer moins ou plus juste: moins d’énergie et de ressources naturelles en étant attentif à la consommation électrique de l’électroménager ou en évitant les achats «coup de tête» que l’on regrettera.

Surtout, ne jamais oublier que la jungle des produits bon marché cache une multitude d’objets «prêts-à-jeter»; objets dont les conditions de production sont généralement déplorables et qui devront rapidement être remplacés. Privilégier les produits réparables est donc non seulement durable et peut se révéler, à terme, moins cher. Une solution intelligente pour concilier considérations environnementales et économiques.