La gestion de nos finances au quotidien n’est pas la chose la plus attrayante à effectuer. Autant se faciliter la tâche en mettant en place des moyens pour prévoir, gérer, économiser. Arriver en fin de mois sans savoir ce qui a été dépensé ni un centime de côté est monnaie courante.

La société de consommation dans laquelle nous vivons offre moult tentations, auxquelles il est parfois difficile de résister. Et ce d’autant plus à l’heure de la virtualisation de l’argent.

D’autres causes, plus profondes celles-là, comme un changement de situation professionnelle, la naissance d’un enfant, une séparation sont des événements qui impactent directement les finances personnelles et incitent à revoir son budget.

Etablir un budget, ce n’est pas gribouiller deux colonnes – revenus et charges – sur un coin de table. Le travail exige de la rigueur... et du temps pour avoir une vision claire de sa situation.

L’essentiel est de ne pas se laisser déborder par le temps

Il faut en effet une année entière pour faire le tour de la question. L’opération consiste à annualiser ses charges pour prendre en compte les postes récurrents mais aussi ce qui se paie par tranches trimestrielle, semestrielle, bisannuelle, etc.

On calcule différemment son budget alimentation que les coûts engendrés par un véhicule, par exemple. Par ailleurs, les dépenses se répartissent entre les incontournables – loyer, assurances (maladie, RC, voiture), impôts, alimentation, dépenses liées aux enfants, transports – et les occasionnelles – loisirs ou vacances, mais aussi une petite provision pour absorber un éventuel coup dur, pourquoi pas.

L’essentiel est de ne pas se laisser déborder par le temps : quand un événement important survient, il faut immédiatement évaluer la situation. Ainsi, on diminue le risque de mauvaises surprises et de devoir faire face à des factures impossibles à assumer.

Il est bon de se souvenir qu’un créancier préfère souvent être payé en plusieurs tranches que pas du tout, et qu’il vaut la peine de négocier des échéances de paiement durant une période difficile.

Reste que certaines économies sont faciles à réaliser: pour les mêmes prestations, certains services sont bien moins onéreux que d’autres. Notre conseil : faire jouer la concurrence. Dans le cas des opérateurs téléphoniques ou des banques, le consommateur reste trop souvent chez un prestataire de services par fidélité... ou par paresse devant les formalités administratives.

Or, des comparatifs de tarifs, notamment sur notre site internet, existent et permettent d’obtenir la même prestation pour des dizaines voire des centaines de francs d’économies à la clé. Sur une année, la somme gagnée devient conséquente.

S’agissant de son assurance-maladie de base, vérifier lors de la publication des primes fin septembre si son assurance offre toujours le meilleur rapport qualité-prix permet des gains substantiels. Et résilier sans attendre, pour autant de ne pas avoir d’arriérés de primes.

Dans ce cas-là, changer de caisse n’est pas possible avant d’avoir régularisé sa situation. Quant aux impôts, il est essentiel de payer ses acomptes sans retard.

Le conseil est d’autant plus destiné aux jeunes adultes qui entrent dans la vie professionnelle et qui, parfois, oublient de faire une demande d’acomptes, alors qu’ils n’ont pas encore rempli de déclaration.

Ils sont plus exposés que quiconque à devoir honorer une facture salée lorsque la taxation définitive leur sera envoyée.

La gestion de finances saines est surtout une question de prévoyance et d’anticipation. Faire face et ne pas se voiler la face si des difficultés arrivent est le meilleur moyen de prévenir la spirale de l’endettement. Pour établir un budget sur mesure, vous pouvez vous faire aider.

Parfois il suffit de peu pour équilibrer ses comptes et retrouver un peu de disponible. Telle la fourmi, vous danserez ainsi été comme hiver.