Quels sont les principaux domaines concernés par l’efficience énergétique? 

L’abandon du nucléaire devra être compensé, à long terme, par la montée en puissance des nouvelles énergies renouvelables, une gestion intelligente de celles-ci et de la force hydraulique. Cette transition est initiée, mais va prendre du temps. Contrairement aux nouvelles énergies renouvelables, l’efficience énergétique est disponible tout de suite et peut déployer rapidement ses effets. Elle concerne principalement les bâtiments et les procédés industriels. Actuellement, la moitié de l’énergie primaire en Suisse est consommée par les bâtiments, dont 30% pour le chauffage, la climatisation et l’eau chaude sanitaire et 14% pour l’électricité. Le potentiel est donc important. L’appui des technologies propres est nécessaire, tout comme celui des entreprises innovantes. Et elles sont nombreuses (voir encadré). Enfin, l’industrie est un grand consommateur d’énergie en Suisse. Malgré les efforts entrepris, des progrès significatifs peuvent encore être réalisés. C’est rassurant: cela signifie que nous avons un parc industriel présentant un potentiel d’économie d’énergie. 

 

Y a-t-il vraiment un business pour les entreprises actives dans ce domaine? 

Clairement! Avant son lancement, la plate-forme CleantechAlps a commandé une étude sur le potentiel des différents domaines d’application. L’efficience énergétique y figurait en bonne place et nous soutenons donc les entreprises de ce domaine. Donnons juste un chiffre: sur les 160᾽000 personnes travaillant dans les cleantechs en Suisse, plus de la moitié sont recensés dans le secteur de l’efficience énergétique!  

Des entreprises à la pointe de l’efficience 

L’efficience énergétique est un terreau pour de nombreuses entreprises. Le service développé par la jeune entreprise Ecowizz permet de connaître les profils des consommateurs et de les impliquer dans les décisions de consommation d’énergie. Pour sa part, Gramitech propose des panneaux d’isolation à base d’herbe. Cosseco développe des pompes à chaleur hybrides et un système de gestion global de l’énergie. On peut aussi citer le système d’économie d’énergie des bâtiments développé par esmart, une spin-off de l’EPFL. Des entreprises comme Alro Communications, SPSolutions ou Pmax à Martigny sont spécialisées dans la rationalisation des processus industriels. D’autres sociétés se concentrent plutôt sur le management de l’énergie, comme Swiss Electricity à Genève.

Une plateforme pour la chimie verte

Le secteur de la chimie a identifié un potentiel d’économie d’énergie. Elle lancera ainsi SusChem Switzerland, plate-forme nationale de chimie durable, le 19 novembre prochain au salon Ecochem de Bâle. Cette plate-forme est lancée sous l’impulsion de la Société Suisse de Chimie et d’Ineos. Elle prévoit un axe de développement dans l’optimisation énergétique des processus de production.  

ProKilowatt, des soutiens financiers pour les entreprises qui économisent

L’Office fédéral de l’énergie a lancé ProKilowatt voilà déjà quatre ans. Il s’agit du plus gros programme actuel de soutien, avec un budget annuel proche de 20 millions.  ProKilowatt soutient la réalisation de projets d’économies d’énergie électrique dont le retour sur investissement serait trop long pour que les entreprises les réalisent spontanément. Des séances d’information avec ateliers de formation à l’attention des porteurs de projets sont d’ailleurs organisées à partir du 22 octobre prochain dans toute la Suisse.