Aujourd’hui déjà, de nombreuses sources d’énergies renouvelables permettent de produire de l’électricité et de la chaleur. Energiebois, énergie solaire, petites centrales hydrauliques, géothermie, énergie éolienne, biomasse, etc... Certaines de ces énergies sont connues et reconnues, il n’est plus besoin d’expliquer ce qu’est une éolienne par exemple et à quoi elle sert; d’autres sont moins populaires comme la valorisation des déchets et pourtant, tellement d’actualité puisque les incinérateurs de déchets fournissent une grande partie de l’électricité renouvelable.

Dans nos villes

Même principe, avec la chaleur produite par les eaux usées, elle peut être récupérée et utilisée ensuite, par le biais de pompes à chaleur pour le chau age des bâtiments, un système exploité actuellement par la ville d’Yverdon. Ce genre de cas pratique sera présenté entre autres lors de la 7e édition du Symposium sur l’Effi cacité Energétique qui se tient les 19 et 20 novembre prochains dans les locaux de la Haute Ecole d’Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud à Yverdon-les- Bains. Un bon moyen pour toucher du doigt cette révolution en marche.

Dans nos écoles

Comme le constate Annelore Kleijer, directrice du Master of Advanced Studies (MAS) Energie et développement durable dans l’environnement bâti de la HES-SO, «c’est du côté de la formation continue que les choses ont beaucoup changé; on est passé d’une simple formation professionnelle à un cursus de Master qui permet d’acquérir les connaissances nécessaires au traitement d’un projet propre au domaine de l’énergie». Une formation multidisciplinaire recherchée qui prouve que les enjeux énergétiques font désormais partie de notre quotidien mais encore plus de notre futur.

L’innovation suisse

L’urbanisme, explique Annelore Kleijer est au coeur de ce processus: «L’architecte par exemple, n’est plus seul au centre d’un projet, il travaille main dans la main avec un ingénieur capable d’apporter des solutions aux questions d’économie d’énergie. Cette collaboration s’est illustrée dans le cadre du projet «La Cigale» récemment décoré du Prix Solaire 2014. Ce projet concerne treize immeubles d’habitation des années 50 rendus au standard Minergie-P après avoir été rénovés selon le savoir-faire d’ingénieurs spécialisés. » Une innovation suisse qui devrait s’inscrire, à l’avenir, dans le cadre de nouveaux projets de rénovation