Jusqu’à il y a encore peu de temps, les ampoules LED étaient uniquement utilisées comme voyants lumineux sur les appareils électroniques, pour le rétroéclairage des écrans LCD, pour les feux tricolores ou encore pour la décoration avec des diodes de différentes couleurs. Mais désormais, cette technologie en plein progrès est employée comme source d’éclairage domestique et professionnelle. Elle se positionne donc en alternatives aux lampes fluorescentes ou fluocompactes régulièrement mises en avant pour leur consommation très basse en énergie.

«Les progrès technologiques ont été très conséquents ces dernières années concernant les LEDs. Ainsi, leur rendement s’est grandement amélioré. Cela signifie qu’actuellement, la proportion de lumière produite par quantité d’électricité utilisée est égale aux sources fluorescentes (tubes standards et compacts). Les scientifiques prédisent que cette proportion va encore s’améliorer ces prochaines années. De plus, la durée de vie est actuellement bien meilleure que les éclairages fluocompacts », explique Roger Dumont, ingénieur HES et planificateur éclairagiste SLG à Genève. 

Une technologie innovante

Par rapport aux lampes à réflecteur à incandescence, qui émettent un spectre continu, une LED émet de la lumière de plusieurs longueurs d’ondes et cela en fonction du courant appliqué. Ainsi il est possible d’obtenir de la lumière rouge, verte ou jaune. Deux systèmes de matériaux sont utilisés principalement pour produire des LEDs avec un fort niveau de brillance dans toutes les couleurs, du bleu au rouge et, grâce à la conversion de luminescence, également en blanc. A l›aide d›une couche fluorescente jaune supplémentaire, les LEDs bleues produisent également de la lumière blanche. Une autre méthode de production de lumière blanche consiste à mélanger des diodes émettant du rouge, du vert et du bleu (RGB). Cette méthode est utilisée notamment lorsque la priorité n›est pas un éclairage blanc général, mais plutôt des effets décoratifs avec plusieurs couleurs riches. Avec les trois couleurs RGB, il est possible de mélanger toutes les tonalités de couleur voulues en faisant varier les proportions des couleurs individuelles. L›éclairage peut ainsi créer des univers sensoriels fascinants.

Des avantages certains

Premier atout des LEDs, et pas des moindres: elles consomment moins que les ampoules à incandescence et autant que les lampes basse conso tout en offrant un rendement lumineux équivalent. Elles sont ainsi plus économiques, mais également plus écologiques. Autre point fort: elles disposent d’une longévité supérieure. Elles peuvent en effet fonctionner de 20 000 à 50 000 heures tandis que la durée de vie des ampoules  à incandescence ne dépasse pas 1000 heures, que celle des lampes basse conso varie entre 5000 et 15 000 heures  et que celle des halogènes est d’environ 2000 heures.

Par contre, la grande faiblesse des LEDs est leur prix. Elles sont deux à quatre fois plus chères que les ampoules à incandescence. Cela dit, leur durée de vie supérieure assure un amortissement rapide. Sans compter que les tarifs des LEDs sont appelés à baisser dans les années à venir au fur et à mesure qu’elles se généraliseront. Enfin, dernier point faible, leur intensité lumineuse pourrait représenter un risque pour les yeux ou en     tout cas provoquer un éblouissement gênant, par exemple, sur une route. «Avec l’amélioration de la couleur, l’éblouissement est l’un des grands défis qu’il faut relever avec le LED ces prochaines années. De cette manière, il pourrait devenir incontournable pour l’éclairage d’une scène ou d’un magasin. En effet, la précision de sa lumière directionnelle permet d’imaginer de beaux progrès dans ces deux secteurs d’activité», ajoute Roger Dumont.

Eclairage public et professionnel 

Intégrer les LEDs dans le dispositif d’éclairage public permettrait d’économiser jusqu’à 70% d’énergie par rapport aux lampes à vapeur de mercure, à niveau d’éclairement égal. Tout semble donc indiquer que nos villes feront prochainement le choix du LED. Et Roger Dumont imagine déjà de nombreuses autres applications professionnelles: «Le fait que le LED ne produit que très peu de rayons ultraviolets est fortement apprécié dans le domaine de la conservation d’œuvres d’art. Ainsi, les musées peuvent mettre en valeur leurs pièces de collection sans risquer de les altérer. De même, certains aliments ne devraient pas être exposés à ces rayons. Toutes ces utilisations sont encore amenées à se développer.» En attendant, les LEDs se déclinent dans différents gadgets. De la douche lumineuse à l’ampoule musicale, toutes les originalités deviennent possibles.