En mai 2011, le gouvernement suisse exprimait sa volonté de renoncer à l’énergie nucléaire. Il s’est engagé parallèlement à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Le Conseil fédéral s’est alors fixé deux objectifs. Le premier est de réduire de 43% la consomation moyenne d’énergie par personne d’ici 2035 grâce à une meilleure efficience énergétique. Le second est d’augmenter la production d’électricité renouvelable, notamment le vent, le soleil, la biomasse et la géothermie.

Mesures concrètes

Modifier les habitudes des citoyens permettra de réduire durablement leur consommation d’énergie

Cette politique ambitieuse prévoit des subventions pour la rénovation écologique des bâtiments - financé notamment par un relèvement de la taxe CO2 sur les combustibles -, des véhicules plus économes en carburant, l'obligation pour les entreprises de conclure des conventions d'objectifs en matière d'efficacité énergétique et un soutien accru aux énergies renouvelables.

A terme, l’idée est de remplacer progressivement le système de subventionnement des énergies renouvelables par un régime incitatif fondé sur la fiscalité.

Implication des collectivités

Les communes sont également très investies dans cette transition énergétique. Piloté par la Confédération, le label Cité de l’énergie récompense par exemple les collectivités qui réalisent concrètement une politique durable en matière d’énergie, de trafic et d’environnement.

Ce label apporte un soutien technique et financier aux projets de développement durable.

Agir au quotidien

Chaque habitant est incité à jouer un rôle actif, grâce à des gestes simples : acheter des lampes économiques qui consomment cinq fois moins que celles à incandescence ou encore penser à éteindre les appareils électriques en cas d’absence.

Modifier les habitudes des citoyens permettra de réduire durablement leur consommation d’énergie.