Quelles sont les applications actuelles du gaz naturel en Suisse?

Aujourd’hui, il est utilisé pour chauffer, refroidir, cuire et aussi comme carburant pour toutes sortes de véhicules. Il a, pour chacune de ces applications, de nombreux avantages compétitifs qui le rendent très attractif pour le consommateur. Concernant le chauffage, par exemple, il évite les inconvénients de la cuve puisqu’il est pris directement sur le réseau; enfin, il est plus propre que les autres combustibles.

En quoi le gaz naturel est-il écologique? 

D’abord, de par sa composition chimique, la combustion du gaz naturel est plus propre que celle de l’essence par exemple. De plus, il ne dégage pas de particules fines dans l’atmosphère. Enfin, 20 % du gaz naturel utilisé en Suisse pour la mobilité provient du biogaz. Ce dernier est totalement neutre en CO2 puisqu’il est issu de la fermentation de matériaux biogènes.

On effectue ainsi le recyclage de la biomasse. Après un traitement ultérieur, le gaz formé au cours de ce processus peut être utilisé comme carburant. Le biogaz et le gaz naturel sont chimiquement identiques. Les véhicules à gaz naturel peuvent être entraînés par du biogaz ou par un mixe de biogaz et gaz naturel, ce qui est le cas en Suisse actuellement. Au total, le gaz naturel suisse diminue de 40 % les émissions de CO2

En quoi une voiture roulant au gaz naturel permet-elle de faire des économies? 

Les modèles propulsés au gaz naturel sont certes légèrement plus chers à l’achat, mais ils bénéficient d’office d’une subvention de l’industrie gazière, d’une réduction substantielle de la taxe automobile selon les cantons et même, dans certains cas, d’une réduction de la prime d’assurance.

Par conséquent, cette plus-value est rapidement amortie. Ensuite, le carburant est nettement moins onéreux que l’essence. Cela représente, en moyenne, une économie d’un tiers sur le prix du carburant. J’en profite d’ailleurs pour préciser qu’il ne faut pas oublier, lorsqu’on compare les prix de l’essence et du gaz, que le premier se calcule en litres alors que le second est mesuré en kilos. Pour une distance que l’on pourra parcourir avec un kilo de gaz, il faudra utiliser un litre et demi d’essence. 

La mobilité au gaz naturel comporte-t-elle aussi des contraintes? 

Les véhicules en eux-mêmes n’ont strictement aucune différence puisqu’il s’agit exactement des mêmes modèles que ceux qui roulent au diesel ou à l’essence. En outre, il existe toutes les tailles de véhicules, de la petite voiture urbaine jusqu’au camion poids lourd ou l’autocar.

Ceux-ci peuvent rouler partout contrairement au GPL, un gaz absolument différent qui n’est pas autorisé dans certains tunnels ou parkings. La sécurité des voitures à gaz naturel est non seulement identique à celle des voitures aux carburants historiques mais le fait que la matière inflammable ne puisse pas couler sous la voiture ou dans l’habitacle est considéré comme un avantage dans de nombreux tests dont ceux du TCS.

Pour terminer, il existe en Suisse l’équivalent d’une station de remplissage tous les 15 kilomètres sur les grands axes et ce réseau est encore appelé à se développer dans les prochaines années. Sans oublier que tous les véhicules à gaz contiennent en plus une grande réserve d’essence parfois même équivalente à celle des voitures qui ne roulent qu’avec ce carburant. 

A quelle vitesse se fait l’évolution du parc automobile vers le gaz naturel?

Les chiffres sont très réjouissants, mais nous devons continuer de sensibiliser le grand public aux avantages multiples et incontestables du gaz. Le consommateur est conservateur, surtout lorsqu’il s’agit de se choisir une voiture.

Par conséquent, il est normal que cela prenne du temps. En organisant diverses manifestations durant lesquelles le grand public peut essayer des voitures au gaz naturel, nous voulons faire en sorte que le plus grand nombre de conducteurs se rendent compte de l’absence totale de différence de ressenti entre le gaz naturel et l’essence.