30% de l’énergie consommée en Suisse est utilisée pour le chauffage. Comment augmenter l’efficience énergétique des bâtiments?

Il faut travailler sur deux axes consécutifs. Premièrement, améliorer l’enveloppe des bâtiments, c’est-à-dire la couche externe qui les recouvre et qui sépare les espaces habitables du milieu extérieur: installation de nouvelles fenêtres, isolation des façades et de la toiture. Ensuite, envisager des modes de production de chaleur mieux adaptés. Beaucoup de constructions possèdent encore des chaudières surdimensionnées par rapport aux besoins. Dans tous les cas, avant de se lancer, il est impératif d’e ectuer une étude préalable de l’assainissement. Cette dernière contiendra les estimations des coûts des opérations d’assainissement et des économies générées afi n d’aider le propriétaire dans sa décision.

Le travail est encore énorme, puisque près de 70% des bâtiments en Suisse datent d’avant 1990 et ne sont pratiquement pas rénovés…

Il existe des incitations fi scales et fi nancières, sous la forme de subventions fédérales, cantonales et communales pour la rénovation des bâtiments. Par exemple, à Lausanne, le Fonds pour l’e cacité énergétique (FEE), fi nancé par la Ville, subventionne les bilans et diagnostics énergétiques à hauteur de 40%. Les SiL proposent ce type de prestations aux propriétaires à partir de 400 francs, pour une première analyse succincte de la consommation énergétique. Moins de 1% du parc immobilier suisse est assaini chaque année, il reste donc beaucoup de travail à faire.

Comment expliquer une telle situation?

Il n’y a pas d’explication simple à ce constat. Il existe plusieurs facteurs, allant des prix de l’énergie au profi l même du marché immobilier suisse.