Vous présentez ces jours une innovation mondiale. Laquelle?

Nous avons réussi à mettre au point une nouvelle technologie, un fi lm nanotechnologique, qui, installé devant le panneau solaire, permet de lui donner une couleur homogène blanche ou colorée, à choix. Aujourd’hui, l’esthétique des panneaux photovoltaïques est un important frein à leur déploiement dans le bâtiment. Grâce à notre innovation, il devient possible de les installer sur un bâtiment de manière quasiment invisible, totalement intégrée.

Ce film réduit-il l’efficacité des cellules?

Il n’est pas possible de changer la couleur d’un module photovoltaïque sans perdre une partie de son e cacité. Cependant, cette perte reste relativement faible, grâce à la qualité de nos fi lms. Cela dit, pour une intégration en toiture ou en façade d’un bâtiment, une performance énergétique maximale n’est pas le critère le plus important comme cela serait le cas dans une centrale solaire. En e et, dans le cas du bâtiment, il s’agit d’optimiser au mieux le fl ux d’énergie utile à l’auto-consommation, éventuellement en utilisant des solutions de stockage.

Quels autres avantages présentent cette nouvelle technologie?

La couleur originelle, bleu foncé, avait l’inconvénient de produire une forte chaleur une fois exposée au soleil. Il devenait alors parfois nécessaire de mettre en place un système de ventilation. Ce phénomène de surchau e n’existe pas avec le blanc ou les autres couleurs claires.

La philosophie d’utilisation des panneaux solaires changera-t-elle avec l’implantation commerciale de votre innovation?

Oui, on ne verra plus ces panneaux comme une prothèse d’un bâtiment, mais bien comme un élément de construction voire même de décoration. C’est donc l’acceptation de cette technologie, surtout dans des quartiers historiques ou à l’esthétique soignée, qui sera grandement augmentée.

Quels sont les autres défis auxquels le CSEM et tout le pôle Micronarc seront confrontés concernant les cellules photovoltaïques?

Il s’agit maintenant de trouver des solutions afi n de baisser le coût des installations solaires. Cela passe par l’augmentation de l’e cacité des cellules, la durée de vie des modules et les systèmes de montages, jusqu’à présent encore compliqués et chers. Parallèlement, les systèmes de réseaux électriques et les solutions de stockage comme les batteries doivent encore être optimisés. Ces activités sont en relation directe avec les microet nanotechnologies. Le Comité d’experts de Micronarc intègre des membres de référence qui représentent l’industrie photovoltaïque et la R&D de la région.

En quoi la Suisse, la Suisse occidentale et la région de Neuchâtel en particulier, est-elle en avance dans le domaine de l’énergie photovoltaïque?

Le photovoltaïque prendra une place signifi cative dans le futur mix énergétique. Par conséquent, le secteur est stimulé par la perspective d’un besoin fort de panneaux solaires ultra-performants, facilement intégrable et à bas coût. Il est vraisemblable que d’autres innovations majeures seront annoncées en Suisse, ces prochaines années autour de cette technologie.