Les heureux propriétaires de jardins dépensent en moyenne 400 francs par an pour embellir et entretenir leurs massifs, arbustes ou potagers. Un véritable budget qui comprend outils, arrosage, plantations en tout genre ou encore produits d’entretien; avoir la main verte peut vite coûter cher.
 

Le troc des bons «plants»

Entre voisins, il suffit de se montrer solidaire en troquant plants et graines. Vous pouvez acheter des bulbes de tulipe en quantité importante et les échanger contre d’autres semis d’une variété différente.

Cela est valable pour n’importe quelle plante. Acheter en gros vous permettra aussi de négocier les prix chez un revendeur. Les bourses aux fleurs ou aux graines qui fleurissent avec les beaux jours sont aussi de bons moyens de faire des affaires.

Chaque jardinier vient y échanger plants et graines contre d’autres variétés: et tout ça, sans dépenser un franc! Si vous n’avez rien à échanger, quelques pièces feront l’affaire, les prix y sont imbattables! Ces rencontres de passionnés sont aussi l’occasion parfaite d’obtenir conseils et astuces pour optimiser vos plantations.
 

Louer vos outils

Acheter une tondeuse pour un jardinet, un sécateur pour un malheureux rosier ou une bêche pour un petit potager... l’opération n’est pas toujours rentable. De plus en plus de sites internet vous permettent d’emprunter le matériel nécessaire à un particulier ou à un professionnel, contre une très faible rémunération.

En plus de l’aspect financier, la location vous dispense d’un espace de stockage pour ranger vos outils. Si vous ne souhaitez pas louer mais plutôt acheter, sachez qu’en s’y mettant à plusieurs (avec des voisins, par exemple) vous pouvez diminuer vos frais de manière conséquente.
 

L’art de la récup’

Pour la décoration, les objets les plus simples ont bien souvent un potentiel insoupçonné! Des bancs de jardin en parpaings et palettes en bois, des pots en fleurs en conserves, des photophores en bocaux à confiture… sont autant de possibilités aussi économiques que votre imagination est foisonnante.

Plutôt que d’acheter des engrais, pourquoi ne pas faire son compost soi-même? Ça rapporte beaucoup… et ça ne coûte rien. Pourquoi ne pas tenter de récupérer des déchets végétaux dans les jardineries afin d’enrichir votre sol, ou demander à un centre équestre si vous pouvez les délester d’un peu de fumier, autant de pistes qui vous permettront d’économiser.