L’allergie alimentaire est une réaction directe et immédiate du système immunitaire contre des protéines alimentaires par libération de facteurs inflammatoires (histamine) pouvant être dangereuse pour la vie de la personne. Le diagnostic se fait soit par tests cutanés soit en recherchant dans le sang les anticorps IgE.

L’intolérance alimentaire est une forme d’allergie retardée (jusqu’à 3 jours) caractérisée par la présence dans le sang d’anticorps IgG dirigé contre les aliments provoquant des atteintes variées autant sur le plan respiratoire, digestif, cutané, articulaire ou neurologique. Cela favorise également une inflammation systémique impliquée dans l’obésité, le syndrome métabolique et la dépression.

Pourquoi une telle augmentation?

La science pointe du doigt l’appauvrissement du microbiote intestinal. La qualité du microbiote durant l’enfance joue un rôle crucial dans la maturation du système immunitaire.

Une fois l’allergie déclarée, rééquilibrer la biodiversité de la flore intestinale est essentiel et permet sa régression

Certains facteurs comme l’accouchement par césarienne, l’absence d’allaitement, la prise d’antibiotiques tôt dans la vie et une alimentation déséquilibrée riche en sucre appauvrissent le microbiote et favorisent les allergies.

L’intolérance alimentaire indique que des fragments alimentaires ont pénétré la barrière intestinale et sont considérés par le système immunitaire comme un agresseur. Stress, prise d’antibiotiques, alcool, sensibilité au gluten et alimentation déséquilibrée riche en sucres et en produits transformés sont les facteurs favorisant l’intolérance.

La solution passe par l’intestin

Pour l’allergie alimentaire, il faut préserver le microbiote en adoptant une attitude préventive telle que: accouchement par voie basse, allaitement, limitation des antibiotiques dans les premières années.

Des études récentes montrent l’importance des probiotiques et des prébiotiques dans la prévention des allergies. Une fois l’allergie déclarée, rééquilibrer la biodiversité de la flore intestinale est essentiel et permet sa régression.

Pour les intolérances alimentaires, l’arrêt temporaire des aliments incriminés est conseillé. Les intolérances alimentaires multiples indiquent une perméabilité intestinale. La solution est plutôt de réparer la muqueuse intestinale et d’enrichir la biodiversité du microbiote.

Probiotiques, compléments alimentaires et maintien de l’écosystème intestinal équilibré sont les clés. Exit produits transformés, sucreries et malbouffe au profit d’une alimentation saine de préférence biologique avec des légumes et fruits riches en fibres prébiotiques.