Midi, un jour de semaine. Je passe la porte d’un restaurant avec mes collègues, nous nous installons et demandons le menu. «Qu’est-ce qui me ferait plaisir aujourd’hui?» Ou plutôt: «A quoi ai-je droit, aujourd’hui?»

Pourquoi cette question? Parce que je suis cœliaque, autrement dit intolérante au gluten, cette protéine de plus en plus connue qu’on trouve dans le blé, le seigle et l’orge. Cette protéine qui peut me rendre gravement malade et qui se cache dans les préparations les plus insoupçonnées.

Une personne intolérante doit savoir où se trouve son ennemi, même dans les aliments les plus improbables

Alors, que vais-je pouvoir manger aujourd’hui?

Une viande? Il faut savoir s’il y a une sauce liée à la farine; ou s’il s’agit d’une viande hachée qui contient peut-être de la mie de pain; et bien sûr, pas question de prendre une escalope panée! Un poisson? Pourquoi pas, s’il n’est ni pané ni enduit de farine avant d’être grillé; et puis cela dépend de la sauce qui l’accompagne…

Alors, un plat de légumes? Faut voir: pas de gratin (béchamel), ni de beignets, ... Une personne intolérante doit savoir où se trouve son ennemi, même dans les aliments les plus improbables! Vous attendriez-vous à trouver du gluten dans un soda? C’est malheureusement possible!

Alors, la vie avec une allergie ou une intolérance, qu’est-ce que ça signifie? Il y a d’énormes différences entre les personnes concernées et en fonction du type d’allergie ou d’intolérance. Dans l’allergie, par exemple aux cacahuètes, une réaction violente, et même potentiellement fatale, est possible avec une exposition infime.

Dans l’intolérance au gluten, une erreur ponctuelle ne peut pas être mortelle, mais un grand nombre de patients subissent de violents symptômes pendant un ou deux jours après toute erreur de régime. Dans le cas de l’intolérance au lactose, on observe également des réactions variables d’un patient à un autre.

Une personne sensible au gluten sera souvent capable de tolérer sans difficulté une petite quantité de gluten, mais pas au-delà d’une certaine quantité.

Pour le public, tout cela n’est pas facile à comprendre. Alors, il y a une phrase que les allergiques et intolérants entendent de plus en plus souvent: «Mais voyons, un tout petit peu, ça ne peut pas te faire de mal!» Parfois si, ça peut! Et même beaucoup!

Et puis, il y a la sortie au restaurant. Je n’ai toujours pas décidé ce que j’allais commander pour ce repas avec mes collègues. J’essaie d’évaluer tout ce qui se trouve sur la carte et je commande un steak grillé sans sauce avec des pommes de terre sautées (parce que les frites, parfois...) et des légumes nature.

C’est un plat qui me convient, j’aime bien; mais surtout: je n’aurai pas besoin de faire mon enquête avant de me décider définitivement. Et j’ai de la chance: le café ne contient pas de gluten!