L’intolérance alimentaire survient lorsque l’organisme est incapable de digérer un aliment ou un certain composant présent dans cet aliment. Les aliments le plus fréquemment en cause sont les produits laitiers (lactose) et céréaliers (gluten).

D’autres produits sont aussi associés à des réactions allergiques: les fruits, certains légumes, les œufs, les crustacés, les cacahuètes ou encore les noix.

Nombreux symptômes

Ce sont souvent les douleurs intestinales qui alertent, mais elles ne sont pas les seules à prendre en compte. Les effets sont discrets et souvent, à retardement: migraines, pathologies cutanées, rhumatismes, troubles et maladies digestives.

Entre 1 et 2% de la population souffre d’intolérance ou d’allergie alimentaire

Les intolérances alimentaires peuvent avoir des conséquences si nombreuses qu’il est souvent difficile de poser un diagnostic précis.

Dans le cas d’une allergie alimentaire, la manifestation des symptômes est immédiate: du simple urticaire à l’arrêt respiratoire ou cardiaque, en passant par les troubles digestifs, comme les vomissements ou les diarrhées.

Petite partie de la population touchée

Entre 1 et 2%  de la population souffre d’intolérance ou d’allergie alimentaire. Chez les enfants, ce pourcentage est plus élevé, entre 3 et 7%. L’histoire familiale est l’un des éléments les plus prédictifs de l’allergie alimentaire.

Les enfants ayant un parent allergique ont deux fois plus de risques de développer une allergie alimentaire. Lorsque les symptômes reviennent fréquemment, il est nécessaire de noter ce que l’on mange afin de déterminer quel est l’aliment qui pourrait déclencher les signes d’intolérance ou d’allergie. Le médecin prescrira alors des analyses sanguines, urinaires ou cutanées, afin de déterminer quels sont les aliments en cause.

Changer ses habitudes alimentaires

Il n’existe actuellement pas de traitement. La seule manière d’éviter les symptômes consiste à ne plus consommer les aliments incriminés. C’est donc un véritable changement de vie qui s’opère.

S’il ne supporte pas les œufs par exemple, l’intolérant va devoir les éliminer totalement de son alimentation. Il va alors devoir apprendre à déchiffrer les étiquettes des produits lorsqu’il fera ses courses, ou encore réadapter les recettes et remplacer l’ingrédient qu’il ne peut consommer par un autre.